Banniere

 
  Retour fiche musée
 
  Galerie
 

   Les plaisirs de l'hiver

 Paysage d'Italie

 Le Christ et la femme adultère

 Le Festin des dieux

 Bureau de dame à deux pentes

 Mucius Scaevola et Porsenna

 Poliphile au bain des nymphes

 Putto chantant

 Personnage assis, étude de draperie

 Homme nu renversé sur le sol (Figure pour la Course de chevaux des barberi)

 Putto jouant de la basse de viole

 Vénus donnant ses armes à Enée

 La vague

 Suzanne et les vieillards

 La Jeune Fille au collier de jais

 
 
 
  Recherche

 
 
 
Contact

Info légales
english deutsch italiano
 
Dijon, Musée Magnin
 
La vague
  Augustin Préault (1810-1879), La vague, 1856 ; terre cuite ; H. 0,44 L. 0,28 P. 0,16 m

C'est la seule esquisse en terre conservée de Préault, probablement réalisée pour une exécution à une autre échelle. Avec le vase que tient sa main gauche, elle rappelle la parèdre d'un Fleuve. L'étude anatomique très poussée de la musculature fait penser au modèle plastique de Michel-Ange. Le mouvement de la vague est traité comme une draperie passant au-dessus de la tête, avec un graphisme exacerbé au dos. Les volutes aquatiques ne sont pas sans évoquer la célèbre estampe d'Hokusai et les variations décoratives de l'Art Nouveau. Mais l'emportement sauvage, l'accentuation presque caricaturale des traits et l'extrême originalité avec laquelle est traité ce thème décoratif rappellent que l'art de Préault est inclassable.