Banniere

 
  Ritorno alla lista delle pubblicazioni
 

  Ricercare una pubblicazione

I musei di Borgogna vi propongono una selezione di…. pubblicazione(i):





 
 
 
  Ricerca

 
 
 
Contatti

Informazioni legali
english français deutsch
 
Pubblicazioni
 
Chalon-sur-Saône, Musée Nicéphore Niépce
15 €

Laurent Bruel, François Cheval, Sonia Floriant
Editions Matière
brochée
168 pagine
0 illustrazioni a colori
+ de 300 illustrazioni in bianco e nero
Formato: 15 x 21
ISBN : 978-2-916383-04-0
collection imagène
  La Méthode Bernadette

L'ouvrage présente un procédé d'apprentissage religieux par l'image, dont les éléments constitutifs (tableaux imprimés, pochoirs, archives) ont été acquis dans leur intégralité par le musée Nicéphore Niépce en 2005. 
Il retrace l'histoire d'une méthode de catéchisme basée sur le dessin silhouettique, lequel joue sur un phénomène naturel de la vision humaine, la persistance rétinienne, illusion qui se produit en observant une image contrastée (noir sur blanc) et en fixant ensuite un fond blanc. Une méthode ambitieuse et fondamentaliste diffusée dans près de quatre-vingts pays avant d'être interdite par le concile Vatican II.


1934, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale, dans un moment où l'équilibre du monde est de nouveau menacé, la Méthode Bernadette fait son apparition. Elle arrive en phase avec la ferveur religieuse encore vive de ses contemporains, mais déjà en décalage. Théorisée par le chanoine Emile Bogard, elle est mise en œuvre par les sœurs Bernadette de Saint François de Sales installées à Thaon les Vosges. Très vite, quatre collections de 150 tableaux retraçant la vie du Christ, les saints Evangiles, la Bible, l'histoire de l'Eglise et la doctrine chrétienne, sont élaborées en différents formats (cartes postales, vignettes, panneaux...), leurs différents usages réglementés.
Au sein de ce système d'éducation religieuse et morale, l'image se fait programme. Deux mille ans de toute l'histoire de l'Eglise se dessinent alors. Les images en forme de silhouette sont un véritable acte de foi, un apostolat plus qu'original, « monstrueux » car démesuré.
En rupture, la Méthode ne collabore avec aucun institut de catéchisme ou de formation. Elle ne se contente pas seulement de simplifier, par l'illustration, le catéchisme diocésain national. Elle devient une théorie du catéchisme quand les autres méthodes se posent comme de simples expériences de « pédagogie nouvelle chrétienne ».
Au milieu de la confusion du monde, ces silhouettes religieuses, noires sur blanc, partent à l'assaut d'une conquête bienfaitrice. L'ennemi a en effet pris plusieurs visages : la guerre, l'inconduite des hommes, les progrès techniques de l'image (photographie, cinéma puis télévision), etc. Le noir est vertueux ; il arrive contre les couleurs populaires, contre les images et les idées progressistes.
Dans son principe fondateur, la silhouette autorise à la fois à écarter les détails inutiles, distrayants, et à capter l'attention. Chaque tableau s'anime grâce à l'effet du noir sur le papier blanc, qui fait jaillir les formes représentées.
Cette expérience éphémère fut une réaction. Elle prouve que la modernité en prenant la forme de l'image mécanique a définitivement bouleversé l'ordre ancien du monde. La photographie et le cinéma en pervertissant l'édifice traditionnel du savoir et de la connaissance se devaient d'être combattus sans concession, par un retour à l'origine, par l'affichage d'un message purificateur, artisanal et sans séductions. C'est ainsi que fut conçue la Méthode Bernadette : un instrument de lutte absolu et définitif contre la forme élaborée du malin, l'ère de la reproduction.