Cosne-sur-Loire, Musée de la Loire (historique)
 

La réhabilitation des bâtiments du couvent des Augustins et du corps de garde attenant, achevée en 1989, a permis de mettre en valeur de rares témoignages architecturaux, comme une monumentale cheminée Renaissance ornée de rinceaux. La situation de ces bâtiments, au bord du Nohain (affluent de la Loire), coïncide avec les présentations du rez-de-chaussée, entièrement consacrées au fleuve royal dans son cours moyen (entre Digoin et Briare). Evoquée au travers des paysages peints par Eugène Messemin, Claude Rameau et Rex-Barrat au coeur du 20ème siècle, la Loire est présente ici sous de multiples aspects : photographies anciennes, témoignages d'activités disparues ou raréfiées comme le tirage du sable, ou encore la batellerie. L'illustration d'une navigation fluviale florissante aux 18ème et 19ème siècles s'appuie sur un ensemble d'objets quotidiens (coffres et armoire de marinier) et sur des maquettes d'embarcations qui couvrent l'ensemble de la typologie ligérienne. Des faïences à décor marinier complètent cette présentation. L'étage supérieur est consacré à la pêche traditionnelle, ainsi qu’aux Beaux-Arts et en particulier à la collection de peinture moderne léguée en 1970 par Emile Loiseau, premier violon de l'Orchestre du Conservatoire de Paris avant guerre. Très représentative de l'Ecole de Montparnasse entre 1910 et 1925, cette collection tire sa force d'une cohérence stylistique où se distingue un ensemble de peintures et aquarelles de Jules-Emile Zingg (1882-1942), entourées d'œuvres d'artistes reconnus, tels que Maurice de Vlaminck, Henri Manguin, Maurice Utrillo ou encore Raoul Dufy, présent avec une "Vue d'une fenêtre ouverte", emblématique de la fin de sa période fauve (vers 1910).