Banniere

 
  Galerie

 La vache dans l'art

 Lune à l'autre

 Intense vie des musées

 Les musées de Bourgogne

 FRAM Mâcon

 FRAM Montbard

 FRAM Alésia

 FRAM Dijon

 Acquisitions FRAM 1995-2005

 Voyage sur la Saône

 Il n’est moutarde qu’à Dijon ?

 Bois gravés

 Les bois gravés (enfants)

 Les faïences patronymiques

 
  Dossiers

 Bourgogne en Coiffes

 Le Jumelage Culture à l'hôpital

 Le service pédagogique des Musées de Macôn

 La vie des enfants : Jeux et jouets

 La vie des enfants : Vêtements, parure & toilette

 La vie des enfants : Cuisine et gourmandises

 La vie des enfants : Education et écriture

 La vie des enfants à l'époque gallo-romaine

 Il n'est moutarde qu'à Dijon ?

 Mouvements en objet, Objets en mouvement

 Les bois gravés au Musée du Châtillonnais

 Les ducs de Bourgogne (1363-1477)

 
 
 
  Recherche

 
 
 
Contact

Info légales
english deutsch italiano
 
FRAM Alésia
 
Tessère frappée au nom des habitants d’Alésia
IIe-IIIe siècle
Plomb frappé
D : 18 mm

La tessère se compose d’une rondelle en plomb frappée à patine brune de 17 à 18 mm de diamètre pour une masse de 7,72 g. Au droit, la légende ALISIENS. se déroule en cercle autour d’une palme. Au revers sous une niche -ou édicule- soutenu par deux colonnes, est représenté le dieu Mercure nu et déhanché, la tête tournée à droite. Il tend une bourse qu’il tient dans la main droite. Sur son bras gauche, drapé dans un manteau de majesté, s’appuie son caducée. Un coq, oiseau emblématique du dieu, apparaît à ses pieds.

Les tessères étaient des objets en forme de monnaies en métal -plomb, bronze- ou en terre cuite, mais également en os, ivoire ou verre, employés couramment comme jetons de présence à des fins de “cartes”, bons ou “tickets d’entrée”. Elles sont souvent frappées au nom du peuple ou des habitants d’une cité ou d’un pagus. Sur la présente tessère, le nom abrégé correspond à Alisienses, « les habitant d’Alésia ».

Sept tessères étaient déjà recensées sur le site d’Alésia qui le placent de très loin au premier rang des sites gallo-romains a avoir livré ce type de document.

Le témoignage de ces tessères s’ajoute à celui d’une fameuse inscription gauloise écrite en caractères latins et localisée “in Alisiia” pour confirmer que la ville gallo-romaine a conservé son nom gaulois.

Claude Grapin