Banniere

 
  Galerie

 La vache dans l'art

 Lune à l'autre

 Intense vie des musées

 Les musées de Bourgogne

 FRAM Mâcon

 FRAM Montbard

 FRAM Alésia

 FRAM Dijon

 Acquisitions FRAM 1995-2005

 Voyage sur la Saône

 Il n’est moutarde qu’à Dijon ?

 Bois gravés

 Les bois gravés (enfants)

 Les faïences patronymiques

 
  Dossiers

 Bourgogne en Coiffes

 Le Jumelage Culture à l'hôpital

 Le service pédagogique des Musées de Macôn

 La vie des enfants : Jeux et jouets

 La vie des enfants : Vêtements, parure & toilette

 La vie des enfants : Cuisine et gourmandises

 La vie des enfants : Education et écriture

 La vie des enfants à l'époque gallo-romaine

 Il n'est moutarde qu'à Dijon ?

 Mouvements en objet, Objets en mouvement

 Les bois gravés au Musée du Châtillonnais

 Les ducs de Bourgogne (1363-1477)

 
 
 
  Recherche

 
 
 
Contact

Info légales
english deutsch italiano
 
FRAM Mâcon
 
Hippolyte Petitjean est né à Mâcon en 1854. Après avoir reçu une formation artistique académique (élève dès l’âge de 13 ans à l’école de dessin de Mâcon), il obtient de la ville une bourse pour étudier aux Beaux-Arts de Paris chez Cabanel puis Puvis de Chavannes. Plus tard, il sera influencé par les théories développées par Seurat, rencontré à Paris en 1884. Dès lors, il va adopter le style des néo-impressionnistes, en participant à ce mouvement jusqu’à ce qu’il revienne, à la fin de sa carrière, à une inspiration proche du maître symboliste, Puvis. Il exposera au Salon des Indépendants en 1891, puis chez Le Brac de Bouteville aux côtés d’artistes symbolistes et impressionnistes. Deux paysages appartenaient déjà aux anciennes collections. Depuis 1999, le musée des Ursulines accroît de façon significative le nombre de dessins et de peintures d’HP.

La Danse du Printemps 1911
Nature de l’œuvre : Huile sur toile Taille de l’œuvre : 54 x 105 cm
La peinture témoigne d’un retour à l’art de Puvis de Chavannes – touche et couleurs – quand Petitjean partage des thèmes avec son ami, le peintre Maximilien Luce. Dès 1907, Petitjean participe à l’organisation du Salon des Indépendants.

L’étude pour La Danse du Printemps 1911 ou 1911 (avant)
Nature de l’œuvre : Sanguine sur papier Taille de l’œuvre : 24 x 31 cm
Première pensée pour la Danse du Printemps, cette sanguine permet également de constituer le début d’une collection des œuvres sur papier de l’artiste.

Un coin du musée de Mâcon 1869
Nature de l’œuvre : Aquarelle sur papier Taille de l’œuvre : 12 x 10 cm
Observation : L’œuvre est un témoin unique de l’ancien musée, installé à l’Hôtel de Ville jusqu’en 1958.